Rue Naniot, 249
4000 Liège

+32 (0) 468 37 80 87
mmeng@hotmail.be

Histoire de la marque

Mean Motor Engineering

L’histoire de la marque de voiture Méan est indissociable de celle de son fondateur Jacques D’HEUR.

Né en janvier 1938, Jacques D’HEUR es t passionné de châssis. C’est en 1950 qu’il assiste à sa première compétition automobile. Là, c’est le déclic, la révélation pour Jacques qui annonce dès lors à ses parents qu’il veut devenir pilote.

A 17 ans, il avait déjà de la suite dans les idées et  entreprit de vendre des vieux métaux afin de s’acheter sa première voiture, une BMW 328 d’avant guerre. Le bonheur tourna en catastrophe lorsque cette dernière prit feu. Mais qu’importe, il récupère le châssis et en fait sa première voiture à moteur central. D’après ces dires, la voiture roulait très bien avec un moteur VW … et sans carrosserie.

Après ces études, il fût envoyé par ses parents en Italie afin d’y apprendre la langue de Dante. Le voyage se fît en train non pas jusqu’à Pérouse comme prévu initialement mais jusqu’à Modène où à un passage à niveau il aperçu dans une cours une dizaine de voitures, des Maserati. Il descendit à la gare suivante et alla naturellement s’y présenter. Les Italiens, amusés par l’audace de ce « petit belge » tombé du train, l’engagèrent. Il apprendra ainsi la mécanique et … l’italien. Il apprit tellement qu’il sera même mécanicien aux 24h du Mans.

En Italie, il travailla également pour Scaglietti, le carrossier d’Enzo FERRARI de qui il reçu, en guise de paiement, sa première carrosserie. Une copie de Ferrari 500 TRC. Cette carrosserie sera montée fin 58 sur un châssis de sa propre conception.

Suite à cette aventure, il chercha une école de construction automobile qu’il trouva en plein cœur de Londres, le « College of Automobile Engineering » de Chelsea. Il y restera deux ans et profita de ses retours pour construire 3 protos.

Après ses études, il revint en Belgique et travailla pour les carrossiers Reip et Pilette.

A la fin de l’année 1962, il retourna en Italie pour travailler chez Abarth en tant que traducteur et gestionnaire du stock de pièces.

En 1963, il sera engagé chez Ford France par Henri CHEMIN (qui a lancé Jo SCHLESSER et Guy LIGIER).

C’est en 1964 qu’il construira son premier moule de carrosserie dans la cave de l’habitation familiale. En décembre de la même année, il fonde la société « Méan Motor Engineering » et propose une voiture à châssis multi-tubulaire mue par un moteur de Ford Cortina GT accouplé à une boîte de vitesse VW.

En 1966, deux modèles seront proposés : un coupé « Aquila » et un spider « Sonora » au capot arrière rigoureusement plat, arceau fixe, panneau de toit démontable et moteur en position centrale, pour une vitesse annoncée de 165km/h et un prix de 85.000 fb.

En 1967, la gamme accueillera une barquette de compétition et une augmentation de possibilité de montage moteur (Porsche, Renault, Ford V6, NSU, VW et Peugeot).
Fort des résultats obtenus en compétition, il présentera au salon de Bruxelles en 1969 la Barquette « Can-Am ».  Plus légère de 15 kilos et plus compétitive, cette barquette sera celle avec laquelle Bernard CARLIER s’illustra.

Fin 1970, il commercialisa en collaboration avec Edmond PERY (Apal) le « Buggy Fun-Car » avec mécanique Renault ou Simca.

En 1972, la dénomination Méan sera changée en Liberta.

En 1974, fin du rêve.

Mean Motor Engineering a.s.b.l.

GSM : +32 (0) 468 37 80 87  - 

 

 

 

© Copyright 2013